J2V News
Home / Articles / l’Histoire du Prince-Dindon (Conte de Rabbi Na’hman de Breslev)

l’Histoire du Prince-Dindon (Conte de Rabbi Na’hman de Breslev)

Le fils du Roi avait perdu la raison. Il se prenait pour un dindon. Il se voyait obligé de s’accroupir tout nu sous la table et de picorer des miettes et des os comme un dindon. Les médecins de la cour perdirent tout espoir de le guérir de sa folie et abandonnèrent. Le Roi était affligé.

 

Un Sage se présenta et déclara : “Je peux guérir le Prince.” Il se déshabilla et s’accroupit sous la table, à côté du Prince et se mit à picorer des miettes et des os lui aussi.

 

“Qui es-tu ?” lui demanda-t-il, “et que fais-tu ici ?”

“Et toi” répondit le Sage, “que fais-tu là ?”

“Je suis un Dindon !” déclara le Prince.

“Moi aussi,” rétorqua le Sage.

 

Ils s’assirent ensemble et se lièrent d’amitié. Une fois, la confiance du Prince gagnée, le Sage fit signe aux serviteurs du Roi de lui jeter deux chemises.

 

“Qu’est-ce qui te fait penser qu’un Dindon ne peut pas revêtir une chemise ?” demanda-t-il au Prince. “Tu peux l’enfiler et rester un Dindon !” Ils se mirent donc leur chemise. Un moment après, le Sage fit de nouveau signe et on lui jeta deux pantalons sous la table.

 

“Qu’est-ce qui te fait penser qu’un Dindon ne porte pas de pantalon ?” demanda-t-il de nouveau. Ils enfilèrent leur pantalon. Le Sage continua jusqu’à ce qu’ils fussent tous deux entièrement vêtus. Il fit encore un signe et on leur servit une nourriture normale.

 

“Qu’est-ce qui te fait penser qu’un Dindon soit condamné à ne manger que des os et des miettes ?” lui demanda-t-il. “Tu peux te nourrir convenablement tout en restant un Dindon ! Ils mangèrent ensemble.

 

“Qu’est-ce qui te penser qu’un Dindon doive rester sous la table ?” demanda finalement le Sage. “Même un Dindon peut s’asseoir à table.”

 

C’est ainsi que le Sage traita le Prince jusqu’à sa complète guérison.

 

Fin de l’histoire de Rabbi Na’hman.

 

A voir aussi ...

Amener sur soi la douceur

L’hitbodédouth permet d’annuler totalement, ou au moins de réduire considérablement les souffrances subies par l’homme …

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *