320x80
Home / Articles / Le miracle à portée de main

Le miracle à portée de main

Lorsqu’un homme subit un échec, il ne doit pas tomber dans la tristesse et au contraire, il doit rester joyeux. A ce sujet, il est écrit une chose extraordinaire et fondamentale qui peut véritablement changer notre vie : lorsque quelqu’un est face à un échec et que suite à cela, il reste joyeux malgré tout, il a la promesse d’Hachem que grâce à la joie qu’il éprouve maintenant, il retrouvera la situation initiale dans laquelle il était avant cet échec ! Autrement dit, si un homme reste joyeux même après avoir fait faillite, il récupèrera l’argent qu’il a perdu. Si sa femme le quitte, elle reviendra. S’il est malade, il guérira etc., et cela est valable dans tous les domaines. Extraordinaire !
Comment arriver à être joyeux en toute circonstance ? A première vue, on pourrait croire que c’est un combat perdu d’avance, mais bien évidemment, ce n’est pas le cas, car nous disposons d’une arme redoutablement efficace pour y parvenir. Laquelle ? Tout simplement celle de demander à Hachem de nous permettre d’être joyeux dans toutes les situations.
Comme nous l’avons déjà dit à plusieurs reprises, D.ieu peut et veut absolument tout nous donner, et la joie ne fait pas exception, il nous suffit de la demander. Evidemment, Hachem pourrait tout nous donner sans qu’on ne Lui demande rien, mais cela ne fonctionne pas ainsi, il nous faut faire le premier pas. Quand on y réfléchit, ça en vaut vraiment la peine…
Il est vrai que de nos jours, la tristesse est partout, à tous les coins de rue. Le pire, c’est qu’on est même prêt à payer 10€ une place de cinéma pour aller voir un film qui va nous faire pleurer et nous rendre encore plus triste que d’habitude ! Ce n’est déjà pas évident d’être joyeux en temps normal, alors pourquoi s’infliger encore inutilement d’autres angoisses imaginaires ? Maintenant, que se passe-t-il lorsqu’on se met à soupirer, à se morfondre et à se plaindre d’avoir échoué ? D.ieu ne nous aide plus et on doit se débrouiller tout seul…
Tout le challenge, c’est de prier pour avoir la joie. Pourquoi ? Parce que la joie et la foi sont deux notions fondamentalement liées l’une à l’autre. Celui qui n’est pas joyeux n’a pas la foi, c’est un fait. Le baromètre de notre foi, c’est notre niveau de joie. Si on n’est pas joyeux, cela signifie qu’on considère que tout ce que D.ieu nous a donné est insuffisant. On commence alors à croire que D.ieu s’est trompé et qu’on sait mieux que Lui ce qui est bon pour nous etc., c’est la définition même de la tristesse. De qui apprend-on tout cela ? Du roi David, l’auteur des Téhilim dans lesquels il raconte
toute sa vie. A ce sujet, Rabbi Na’hman de Breslev nous enseigne quelque chose d’incroyable : ceux qui couronneront le Machia’h seront ceux qui récitent les Téhilim. Qu’est-ce que cela signifie ?
Il faut savoir que le roi David se réveillait d’une façon extraordinaire : avant de dormir, il mettait sa harpe à la fenêtre, et le vent qui passait à travers jouait une mélodie qui le réveillait. Il passait ainsi toute la nuit à faire quelque chose de nouveau que personne ne connaissait : la Hitbodédout, le fait de parler à D.ieu. Mais lorsqu’il faisait cela, il y
mettait tout son cœur, toute son énergie. Il faisait sa Hitbodédout avec tellement d’ardeur qu’on dit que toutes les nuits, il pleurait tellement que ses larmes remplissaient un bol, et que tout ce qu’il mangeait dans la journée, c’était un morceau de pain trempé dans ce bol de larmes…
Les Téhilim que nous lisons sont donc tout simplement la Hitbodédout par écrit du roi David. Donc si on veut savoir comment faire une bonne Hitbodédout, il suffit de se plonger dans les Téhilim, et on verra la réaction de David Hamélèkh face à un danger. Or, si on regarde bien dans les 150 chapitres des Téhilim, il ne s’est jamais plaint une seule fois, à aucun moment, alors que durant toute sa vie, il a dû endurer des épreuves inimaginables pour le commun des mortels : des enfants qui veulent sa mort, des femmes violées, des parents assassinés par un ami en qui il avait confiance etc., n’importe qui au monde aurait déjà abandonné le judaïsme depuis bien longtemps, et pour beaucoup moins que ça… Et malgré tout, il remercie Hachem de tout son cœur dans ses Téhilim, il réalise à quel point il ne peut rien faire sans Lui, il déborde de reconnaissance envers D.ieu qui est sa Source, son Rocher etc.
Il y a un épisode extraordinaire dans la vie de David. Un jour, son fils Avchalom veut faire un coup d’état, l’assassiner et récupérer la royauté. Imaginons la scène : le roi David est dans son palais, assis sur son trône, et on vient lui annoncer que son propre fils est sur le point d’arriver avec une armée dans l’intention de le tuer et de prendre sa place.
Normalement, il devrait prendre ses jambes à son cou et fuir le plus loin possible ! Mais quelle est sa réaction ? Il se lève tranquillement, sans se presser, et il sort du palais comme si de rien n’était…
Pourquoi ? Parce qu’il sait pertinemment que la royauté ne lui appartient pas. C’est D.ieu qui lui a permis de l’obtenir et Il peut la reprendre quand bon Lui semble, et David en était parfaitement conscient. Donc à partir du moment où il voit qu’Hachem met en place des évènements autour de lui montrant clairement qu’il est sur le point de perdre sa royauté, il accepte son sort sans rechigner. C’est une leçon pour chacun d’entre nous. On doit être capable de se dire que tout ce qu’on a reçu de D.ieu ne nous appartient pas, même s’Il décide de tout nous reprendre. Prenons un exemple simple : lorsqu’on ramène une voiture après l’avoir louée, est-ce qu’on se mettrait à pleurer parce qu’on doit s’en séparer ? Bien sûr que non, parce qu’au
moment de la louer, on savait très bien qu’on finirait par la rendre.
Il en va de même dans notre vie : rien ne nous appartient, il faut apprendre à accepter avec abnégation tout ce que D.ieu fait, qu’Il donne ou qu’Il reprenne. Le jour où on comprendra cela, on pourra vivre pleinement notre vie…

Rav B. Seror

Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A voir aussi ...

Il y a tant de choses…Partagez l'article:        

>